Le chauffage au bois

Pourquoi se chauffer au bois

Le chauffage au bois remonte très loin dans le temps avec la Préhistoire et la découverte du feu. Les époques ont passé, les types de chauffage se sont diversifiés avec le charbon, le fioul, le gaz et l’électricité pour revenir aujourd’hui à la tradition du bois.

Au-delà de la convivialité et de l’atmosphère apaisante créées par un feu de cheminée, se chauffer au bois n’est pas qu’une tendance moderne de décoration. Même si les cheminées et les poêles sont devenus de véritables objets centraux dans les pièces à vivre, la motivation principale pour se chauffer à nouveau au bois revêt plusieurs aspects.

Les consommateurs sont préoccupés par les solutions de chauffage écologiques et de ce point de vue, le bois est bien une énergie naturelle et renouvelable. Le bois répond aussi à un problème économique, il est l’un des combustibles les moins chers du marché avec un prix qui a augmenté de seulement 3% en 10 ans.

Les appareils de chauffage au bois sont aujourd’hui bien plus performants que dans les années 80. Là où le rendement atteignait péniblement 50%, il est aujourd’hui de plus de 90 % pour les équipements possédant le label Flamme Verte. Ces appareils assurent un rendement optimum, ils permettent aussi de réduire les émissions de CO2 et de supprimer la pollution par le soufre.

Si vous faites installer un appareil de chauffage au bois, cela peut vous rendre éligible à différentes aides financières comme le Crédit d’Impôt Transition Énergétique (CITE). Vous pouvez aussi bénéficier du chèque énergie pour les ménages aux revenus modestes. Enfin, les particuliers peuvent également obtenir des aides de l’ANAH puisqu’une installation au bois permet de réaliser des économies d’énergie. Faites bien votre demande de subventions avant le début des travaux et assurez-vous que ceux-ci doivent soient réalisés par un professionnel certifié RGE.

Bien choisir son bois de chauffage

Pour obtenir un feu qui chauffera efficacement votre maison, vous devez impérativement bien choisir votre bois de chauffage. Tous les types de bois ne présentent pas les mêmes qualités calorifiques et n’ont pas le même rendement. Pour produire une bonne température, de belles flammes avec une combustion optimale, il ne faut pas choisir vos bûches au hasard.

Vérifiez si votre fournisseur certifie son bois avec la norme NF qui est un gage de qualité. Par ailleurs, vous devez tenir compter de 6 critères principaux pour faire le bon choix et ainsi obtenir de belles flambées tout au long de l’hiver :

Quelles essences ?

Les essences de bois peuvent se répartir en trois catégories distinctes qui n’ont pas toutes le même pouvoir calorifique.

  • Les feuillus durs qui rassemblent les arbres comme le chêne, le charme, le hêtre, le frêne, l’orme …
  • Les feuillus tendres comme le bouleau, le platane, le peuplier, le tilleul, l’aulne …
  • Les résineux de type sapin, pin, épicéa …

Brûlez de préférence du bois issu de feuillus durs car leur pouvoir calorifique est plus élevé que celui des feuillus tendres. Les fibres du chêne ou du hêtre sont très denses et la combustion des bûches est plus longue. Ainsi, vous rechargez votre appareil de chauffage moins souvent et vous faîtes des économies puisque vous avez besoin d’une quantité de bois moins importante. Avec les essences de bois dur, vous obtenez des flammes plutôt courtes et esthétiques ainsi que de belles braises incandescentes.
Les feuillus durs sont considérés comme l’essence la plus écologique car ils produisent peu d’étincelles et de fumées. Par contre, les feuillus durs ont un temps de séchage assez long de 2 à 3 ans et ne s’enflamment pas très rapidement.

À l’inverse, les feuillus tendres s’enflamment plus vite que les feuillus durs mais ils ont un pouvoir calorifique moins élevé. La combustion des feuillus tendres donne de belles flammes claires mais la chaleur restituée ne dure pas très longtemps à cause de la vitesse de combustion.

Enfin, il est plutôt déconseillé de faire du feu avec des résineux surtout si vous avez une cheminée ouverte. En effet, ces essences émettent beaucoup d’étincelles qui pourraient créer un incendie dans votre maison. Cela dit, les résineux sont utiles pour démarrer un feu en foyer fermé car ils brûlent très vite. Ils ont un pouvoir calorifique beaucoup plus faible que celui des feuillus durs et ils ont tendance à encrasser votre installation avec des suies collantes. Cela vous oblige donc à effectuer des ramonages plus fréquents.

Le taux d’humidité du bois

Lors de votre achat de bois de chauffage, vous devez considérer non seulement son essence mais aussi son taux d’humidité. Pour garantir une bonne combustion, le taux idéal doit se situer en-dessous de 20% d’humidité.

Le bois de chauffage se répartit suivant trois catégories :

  • Le bois sec avec un taux d’humidité inférieur à 23 % vous garantit un pouvoir calorifique élevé.
  • Le bois mi-sec entre 23 et 35 % d’humidité a un pouvoir calorifique plutôt moyen.
  • Le bois vert avec un taux d’humidité supérieur à 35 % est synonyme de pouvoir calorifique faible.

Sachez que l’humidité fait perdre au bois une grande partie de ses capacités énergétiques. Pour connaitre le taux d’humidité de votre bois de chauffage, vous pouvez vous procurer un petit appareil très pratique qui s’appelle un humidimètre. Il suffit de le planter au cœur d’une bûche et au bout de quelques instants, le taux d’humidité s’affiche sur un petit écran.

Pour reconnaître du bois sec, fiez-vous à sa légèreté, à ses larges fentes, à ses craquelures aux extrémités et à son écorce qui se détache facilement. Le bois sec ne suinte pas durant la combustion et produit de belles flammes bleutées. Si vous tapez deux bûches l’une contre l’autre, elles doivent émettre un bruit sec.

À l’inverse, les bûches de bois vert sont lourdes car chargées en eau. Le bois est peu fendu, l’écorce est robuste, moussue et même parsemée de champignons. Deux bûches que l’on entrechoque émettent un bruit sourd. Lors de la combustion, le bois suinte et produit une fumée assez dense qui encrasse votre installation. Le feu produit ne chauffera pas efficacement votre maison.

Les dimensions

Lorsque vous achetez du bois de chauffage, on vous donnera généralement le choix entre plusieurs tailles différentes. En fait, tout dépend de la grandeur de votre foyer de cheminée. La taille des bûches les plus courantes sont de 20, 25, 33, 40 ou 50 cm de long. L’unité de mesure de volume du bois est le stère. Un stère correspond à 1m3 de bois apparent pour des bûches de 1m de long. Attention pour des bûches de 50 cm de long, un stère équivaut à 0,8 m3 apparent et pour des bûches de 25 cm, un stère représente 0,6 m3 apparent.

Pour en savoir plus, référez-vous à notre guide : Comment mesurer un stère de bois ?

Le prix des bûches courtes est beaucoup plus élevé que celui des bûches longues car cela demande plus de temps et de travail de découpe. Si vous souhaitez faire quelques économies, il peut être judicieux de vous équiper d’une tronçonneuse et d’une fendeuse de bûches afin d’alléger votre facture.

Pourquoi fendre ses bûches ?

Plus vos bûches sont petites, plus votre feu prendra facilement et fera de grandes flammes au départ. Ensuite, vous pourrez continuer d’alimenter votre feu avec de plus grosses bûches qui se consumeront plus lentement et entretiendront la flamme. D’où l’intérêt, de fendre vos bûches en plusieurs morceaux si elles sont trop épaisses. Pour réussir la mise à feu de son poêle ou de sa cheminée, il est conseillé d’utiliser des allumes-feu mais aussi une bûche fendue en 2 ou 3 morceaux pour une combustion plus rapide et efficace.

Pour fendre du bois de chauffage, il est possible d’utiliser une hache. Pour des raisons de confort et de sécurité, nous conseillons d’utiliser un fendeur de bûches. En fonction du nombre de stères que vous consommez annuellement, il existe plusieurs modèles, à tous les prix. Pour une consommation de 4 à 10 stères, nous préconisons le fendeur de bûches Smart Splitter, économique et facile d’utilisation.

Combien coûte le bois de chauffage

Le prix du stère, qui équivaut au volume d’1m3, varie entre 55 et 100 euros (prix 2018 en fonction des dimensions, du conditionnement et des régions). Ce tarif est très variable car il dépend de plusieurs critères :

  • De l’essence de bois : les bois durs comme le chêne ou le hêtre sont plus denses et ont un meilleur rendement énergétique mais mettent plus de temps à pousser que du sapin. Les essences de feuillus durs sont donc plus chères à l’achat.
  • De la taille des bûches : les bûches vendues en 1m sont moins chères car elles demandent moins de manutention et de découpe que les petites bûches de 33 ou 25 cm.
  • De la région : suivant l’endroit où vous vivez, les forêts sont plus ou moins nombreuses. Pour la Bretagne où les forêts sont plutôt rares, le prix du stère est plus cher car il faut compter le prix du transport pour faire venir le bois d’autres régions mieux approvisionnées.
  • De l’époque de l’année : les tarifs s’envolent quand les températures chutent et que l’on s’approche de l’hiver. Passez plutôt votre commande au printemps ou début d’été quand les stocks des fournisseurs sont encore importants et qu’ils ne sont pas encore surchargés par les livraisons.

Pour se chauffer au bois, il n’existe pas que les bûches traditionnelles. Vous pouvez opter pour les pellets ou granulés de bois (granulés à base de sciure compressée) dont le tarif oscille entre 250 et 350 euros par tonne. Le prix est plus élevé que celui du bois brut mais le rendement énergétique est meilleur avec un taux d’humidité inférieur à 10 %. De plus, les granulés produisent moins de 1% de cendres, ce qui encrasse peu votre installation.

Enfin, il existe aussi des bûchettes de bois densifié d’une longueur de 20 cm. Elles sont fabriquées par compactage des résidus de bois des scieries et coûtent autour 300 à 350 euros pour une palette de 65 à 100 paquets avec la livraison.

Où et comment le stocker ses bûches

Il est recommandé de toujours utiliser du bois sec pour alimenter votre appareil de chauffage. Le taux d’humidité doit idéalement être inférieur à 23 %. Si vous profitez du printemps ou du début d’été pour acheter votre bois dont le tarif sera moins cher, il se peut que celui-ci soit encore humide, vous devrez alors respecter un temps de séchage de plusieurs mois avant de pouvoir consumer vos bûches. Pour un séchage optimal, il est conseillé de fendre votre bois et de le ranger ensuite correctement.

L’idéal est de ranger votre bois à l’extérieur de votre logement car le vent et le soleil vont faciliter le séchage. Les bûches ne doivent jamais être posées à même le sol sinon elles prennent l’humidité et moisissent. Disposez-les plutôt sur une palette ou une dalle de béton. Prévoyez un abri sous toit que vous pouvez acheter ou bâtir vous-même avec de la tôle ondulée ou des planches. N’oubliez pas d’incliner votre toit, c’est ce qui évitera à la pluie de stagner et de s’infiltrer dans votre tas de bois.

Vous pouvez également opter pour une simple bâche, dans ce cas, couvrez uniquement le dessus du tas et conservez une pente pour évacuer la pluie. Si vous stockez votre bois de chauffage le long d’un mur, décalez vos bûches de 10 cm afin qu’elles ne touchent pas directement le mur pour garder une aération suffisante. Vos bûches doivent toujours être disposées sur plusieurs rangs que vous allez croiser. En effet, le rangement en quinconce est plus stable, il évite les accidents car un tas de bois mal rangé peut s’effondrer et vous blesser gravement.

Les ranges bûches extérieurs

Les range-bûches sont indispensables pour garder le bois bien au sec pendant l’hiver et le préserver de la pluie ou de la neige. Pratiques et esthétiques, les abris à bûches extérieurs vous permettent d’acheter du bois encore humide et de le faire sécher vous-même après l’avoir fendu. Vous faites donc des économies car le bois encore humide coûte moins cher que du bois déjà sec.

Si vous disposez de suffisamment de place, prévoyez un abri de grande taille pour pouvoir entreposer 2 ans de bois de chauffage. Le temps de séchage moyen étant de 18 mois, il faut savoir que les 6 derniers mois doivent se dérouler complètement à l’abri de l’eau.

Les range-bûches de jardin se composent généralement :

  • D’un châssis en bois avec des montants et des traverses.
  • De panneaux latéraux pour assurer une bonne ventilation.
  • D’un toit étanche et pentu (en bois, tuiles ou tôle …) qui dépasse largement la surface occupée par le tas de bois.

Tenez compte de la quantité de bois à stocker pour choisir votre abri. Vous trouverez beaucoup de modèles simples à monter en bois comme le pin sylvestre. Ce bois traité autoclave est imputrescible, il résiste aux intempéries et aux insectes xylophages.

Il existe aussi des range-bûches extérieurs en métal. Ils sont fonctionnels et recommandés pour les zones très humides mais ne sont hélas pas très esthétiques.

Le prix des range-bûches varie de 150 à 500 euros pour des modèles qui contiennent jusqu’à 12 stères de bois. Bien entendu, vous pouvez réduire la facture et fabriquer votre abri vous-même si vous savez bricoler.

Les ranges bûches intérieurs

Entreposer des bûches près de la cheminée ou du poêle peut s’avérer salissant et pas très harmonieux. Les range-bûches intérieurs vous servent donc à ranger votre bois sec à l’intérieur de votre maison au fur et à mesure de vos besoins. Ils sont fonctionnels mais ne sont pas faits pour contenir autant de bûches qu’un abri extérieur. En pratique, ils servent surtout d’objets de décoration.

Les porte-bûches peuvent avoir de nombreuses formes : cylindriques, rectangulaires, horizontales, verticales, etc. Avec des modèles en étagères, vous rangez vos bûches comme si vous mettiez des livres dans une bibliothèque. Il y en a vraiment pour tous les goûts et tous les styles de décoration.

Modernes ou rustiques, les matières de ces objets varient entre le métal, l’inox, la fonte, le cuir, l’osier … Le choix est vraiment très vaste mais les maître-mots restent la solidité et la résistance. Afin de faciliter leur utilisation, certains range-bûches d’intérieur sont pourvus de roulettes pour les déplacer aisément. Comptez environ 60 euros pour un petit modèle classique de style panier et jusqu’à 180 euros en moyenne pour des modèles plus travaillés.

Laisser un commentaire